28/ Compte rendu de course : Les Foulées San Priotes

Classé dans : SPORTIVE | 7

Le 21 Février se déroulait Les Foulées San Priotes à Saint Priest. La course proposait un semi, un 10km et un 5,8 km. Cette année, je veux que ce soit l’année semi-marathon. J’avais envie d’un début d’année sympathique, en sortant tout doucement de l’hiver. Je me suis donc dit que m’inscrire à cette course pour le 10km était une façon de sortir tranquillement de l’hibernation belle et bien active depuis le Lyon Urban Trail en Novembre. Tranquillement ? Mon c** ouai ! Je vous raconte ?

Deux mois se sont écoulés depuis mon inscription en décembre. Décembre tranquille : 59 kilomètres , Janvier pépère : 59 kilomètre aussi (même pas fait exprès !) et jusqu’à la course, Février flemmarde : 35 kilomètres ! (bon j’ai fini le mois à 62 🙂 ) Autant vous dire que j’allais dimanche matin à la course en mode « zen » avec quand même un objectif en tête : 55 minutes ( mais c’est qu’elle a de l’espoir en plus ! ).

Le jour J, j’avais déjà récupéré mon dossard la veille, ce qui m’a permis de dormir un peu plus et de me lever à 7h. Petit dej’ normal, avec toutefois une mini  tasse de thé. La phobie du pipi on the road, vous connaissez ?

J’arrivais avec une demie heure d’avance à Saint Priest et Pauline ma co-capitaine et moi-même nous étions donné rendez-vous sur place. Pas de problème pour se retrouver, en revanche pour retrouver Coraline ça parraissait plus compliqué ! (Merci l’affiche sur Insta, tout le monde savait qu’on allait faire pipi haha)

8h55, nous voici dans la foule en milieu de peloton, pour éviter de se miner le moral dès le départ en se faisant doubler. Ambiance vraiment sympa, beaucoup de monde et à mon grand étonnement un départ général avec les coureurs du semi et ceux du 5km. Dans la foule, Pauline et moi avons retrouvé par hasard Cécile, une copine du Dubndiducrew et sa copine. On a donc pris le départ ensemble. Let’s go, le départ était donné !

12734069_10207380555766555_5990065716624358508_n

Sans échauffement préalable et archi confiante, je démarrais en mode warrior, avec un rythme plus élevé que mon 5,40 au kilomètre habituel. (-10 km c’est easy, pas besoin de chauffer la machine– qu’elle se dit). Les premiers kilomètres se déroulaient dans le village et dans les quartiers résidentiels, c’était plutôt sympa, mais j’ai très vite payé mon départ en trombe. Au bout du kilomètre 3, Pauline me rattrapait sans difficulté, et au 4, elle avait déjà pris de l’avance. Et moi j’avançais tant bien que mal, avec des bonnes nausées qui me contraignaient à ralentir le rythme. Je souffrais ! Kilomètre 5, le ravitaillement ! Il me fallait de l’eau, il me fallait un sucre. J’avais l’impression de courir un semi. Ce qui est fou c’est que je n’ai jamais été dans cet état en courant 10km, d’habitude c’est la routine… Même le sucre ne passait pas.

Kilomètre 6, aïe le mollet qui se contractait ( je priais je ne sais qui pour ne pas choper la crampe de ma vie). – tant pis, accroches-toi – je me disais. Je savais que je courais sur une contracture musculaire et que j’allais marcher comme une mémé durant deux jours après. Mais je devais continuer, un 10km merde !

S’enchaînaient montées et descentes, bitume le long de l’autoroute, lignes droites et pots d’échappement sur la voie de gauche…. Le plus dure était de voir la première partie du peloton de l’autre coté du champs de 6 hectares xD. Les kilomètres défilaient très vite mais j’avais quand même hâte d’arriver.

Au kilomètre 9, je savais que j’avais merdé et que je n’allais pas remplir le contrat que je m’étais fixé. J’ai franchis la ligne d’arrivée après un dernier sprint (enfin je crois…) et il m’a fallu quelques minutes avant de retrouver mes esprits.

Sans titre 12

Déçue. Le mot était faible. J’étais déçue de mon temps (ça y est, je suis moi aussi atteinte du syndrome du runner fou), déçue de moi, de ne pas avoir su gérer la course, honteuse de m’être surestimé. Bref, je pourrais continuer longtemps à m’apitoyer sur mon sort. Mais au final, je repars avec une bonne leçon, un bon coup de pied au c**.

1- Rien n’est jamais acquis

2 – L’échauffement est indispensable, quelque soit la distance parcourue

3 – Ne jamais partir trop vite au départ, même si c’est une petite distance, exploser à la fin

4 – Ne pas se donner d’objectif si l’entrainement n’a pas été concordant, sous peine d’être déçue

5 – Travailler en conséquence, apprendre de ses erreurs et de ses echecs

6 – Prendre du plaisir sur les autres courses, surtout !

Après un bon petit ravitaillement, nous avons retrouvé Elise et Coraline, et ça c’était plutôt fun :). Assez cool de rerouver des personnes que l’on suit sur les réseaux et qui partage la même passion. La magie de la runners community !

Les Foulées San Priotes c’était :

  • Une ambiance plutôt sympa
  • Le prix d’inscription vraiment raisonnable par rapport à la super bonne orga
  • Un bon ravitos et le tee-shirt offert au top
  • de bonnes petites côtes, parfaite pour se mettre un peu dans le rouge

Mais

  • Un départ commun, ce qui peut être difficile à gérer
  • Un parcours pas très attrayant entre périph, bitume et… Bitume

 

Voilà, une course catastrophique pour moi, mais une course à ne surtout pas oublier pour la suite !

 

Et vous les amis runners, votre première course 2016, c’était bien ?

Pauline

 

 

Suivre Crapahuteuse:

Blog Lyonnais voyages, bons plans, sport et lifestyle.

7 Responses

  1. EniLaroc

    Effectivement ta course n’avait pas l’air folichonne, la prochaine sera surement meilleur !
    T’est sure de tes 6 hectares pour le champs ? j’aurais dit 7,52 à vu de nez 😀
    Tu as eu de la chance pour le chrono, moi le temps réél est le même que le temps officiel : 52’16 alors que ma montre m’affichait 51minutes :'( (oui moi aussi je suis touchée par le syndrome !)
    Contente de t’avoir croiser à la fin !
    C’est quoi ta prochaine course ?

    • Crapahuteuse

      Haha j’ai bien ri avec mon 6 hectares xD. Tu as peut-être plus le compas dans l’oeil ! :p
      Pas de chance pour le temps, mais bon ce sont des choses qui arrivent. Tu as vu qu’ils ont eu un bug ?
      Ma prochaine course n’est pas encore programmée. J’attaque dès ce soir le trail urbain avec la team de CAL, peut-être que si je m’y tiens je m’inscrirai pour le LUT version de jour..
      Et toi ?

      • EniLaroc

        Le programme est encore un peu flou pour le moment, à la fin des foulées j’avais envie de tenter les 10kms d’ozon courir le weekend prochain mais finalement je ne sais pas trop ^^
        Pareil pour le LUT, je me suis pas encore décidée ! C’est tous les mardi l’entrainement avec CAL ?

  2. Elise

    On était toutes un peu dans les choux pour cette course^^
    Y’en aura d’autres et des meilleurs! si c’était tout le temps les doigts dans le nez ce serait trop facile!
    En tout cas tu as été au bout malgré le début de crampes et c’est top!
    On se voit sur une prochaine course bientôt j’espere!
    Elise

Laissez un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.